Forum ouvert qui subit des modifications et des ajouts !
 

 :: The Beginning :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans un monde inconnu [100%]

avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017

Feuille de personnage
NP: 725
Equipage:
Berry:
Dim 19 Nov - 19:06





" Azaria "

Citation

Informations de bases • Je me nomme Azaria et j'ai 19 ans. Je suis un Membre du gouvernement et je le vis bien. J'ai choisi un incconu d'un Manga inconnu pour illustrer ma face. Mon but dans la vie c'est Purifier, j'aimerais avoir 1000 NP, je me  bat avec Avec un Katana qui renferme un dial nuage de fer.

Et derrière l'écran • Tu peux m’appeler Azaria. J'ai 19 ans et j'écris depuis 4 ans. J'aime plein de chose et je déteste tout le reste. J'ai trouvé le forum sur un lien et je trouve que le forum est pas mal. J'ai hâte de jouer parmi vous :3


Caractère
Il était d'un naturel honnête et consciencieux. Il aimait venir en aider son prochain et faire du bien autour de lui. Il n'avait aucun problème qu'il ne pouvait résoudre, il était calme et serein en toute circonstance. C'était un homme fort et valeureux, Azaria était quelqu'un de très bon et travailleur. Très amical, il n'avait aucun mal à nouer des amitiés avec les personnes qu'il rencontrait. C'était un jeune homme au cœur pur, très droit et plein de valeurs, qui n'hésitait pas à combattre s'il le fallait, pour sauver les siens. Il était doté d'une intuition remarquable et savait voir le bon côté d'une personne en dépit de ses actions, même si sa capacité à pardonner facilement à ses adversaires était parfois critiquée comme étant excessive. Il lui arrivait cependant d'être la cible de certaines personnes malhonnêtes, il devait faire face à ses problèmes sans aucune aide. Il ne voulait pas attirer des ennuis à ses amis, il devait lui-même affronté ce problème. Il avait une grande loyauté et un grand sens moral tourné vers la justice. Il était très naïf, il était souvent perçu à tort par les autres comme quelqu'un de stupide et d'incapable. Mais une fois qu'il avait une compréhension de base des choses, il apprenait très vite. Il était généreux et prêt à se sacrifier pour une cause qui lui semblait juste, derrière ce personnage attachant et aimable. En réalité ce caché une grande souffrance, il avait passé quelques années entant qu'esclave. Il n'avait rien à se reprocher, toutes ses actions qu'il avait commises, jamais il n'avait a en rougir. Il était fier de lui, il n'avait jamais laissé quelqu'un le découragé dans la voix de la justice, il avait évidemment rencontré son côté sombre et il avait vu la méchanceté humaine. Mais il gardait espoir, toujours, il se disait qu'il devait exister au moins une personne bonne dans ce monde de brute. Il était optimiste et voulait éviter les conflits le plus souvent.

Mais il n'était lâche, au contraire. Il était valeureux et combattif, il savait qu'il fallait se battre pour ne pas se faire écraser par dans ce monde. Il était contre certaine forme de violence, comme la violence gratuite ou le plaisir de tuer. Pour sa défense il n'avait jamais pris la vie d'une personne, s'était une sorte de passif agressif. Il voulait la paix pour ce monde, mais il n'hésitait pas à imposer ses choix et ses idées quand il le fallait. En combat, il était ingénieux et courageux. Il était aussi naïf, il tournait parfois le dos à ses adversaires par pitié ou par excès de confiance. Mais il s'en sortait toujours le bougre, il avait une chance insolente. Il était parfois victime du coup du sort, comme devenir un esclave juste parce qu'il se trouvait au mauvais moment et au mauvais endroit. Si un malheur allait arriver, c'était pour Azaria. Limite certaines personnes disaient de lui qu'il portait la poisse et d'autre que c'était une chance de l'avoir à ses côtés, comme ça s'était lui que la malchance allait choisir. Mais comme je l'avais déjà dit plus haut, il avait une chance insolente. À chaque bourde qui lui arrivait, quelque chose de bien aller survenir. Par exemple être libéré de ses chaînes d'esclave pour avoir parlé à la bonne personne, bon revenons au combat. Il était stratégique, enfin ce n'était pas un génie du combat. Mais il avait certaines bases, il savait feinter, le plus important pour lui dans un combat, c'était la rapidité. C'était logique, si un adversaire ne vous touche pas, pas de dégât. Il attendait le bon moment pour attaquer ses adversaires et il se dressait face à eux qu'une fois qu'ils étaient isolés. Il avait un rire étrange "Pahaha !"voilà c'était son rire.



Description physique
Azaria n'était pas très grand, avec une carrure musclée. Il avait des yeux orange. Il avait un bandana rouge autour du cou, un T-Shirt noir à manches courtes, sous lequel il portait un autre T-Shirt, cette fois-ci à manches longues et de couleur blanche. Il portait également une ceinture pour tenir son jean et portait son Katana du côté gauche. Aux pieds, il avait des grosses chaussettes vertes rayées avec des baskets bleus et blancs. Il avait de petits yeux, des cheveux bruns et portait un petit bouc. Il avait les cheveux hérissés sur la tête, avec une petite mèche sur le front. Il possédait une couleur de peau foncée et avait des yeux méchants, il avait un long front, pas de sourcil, il portait un bracelet de force à son bras droit. Il avait une paire d'ailes blanches dans le dos, elles étaient petites. Il avait des muscles visibles et assez développé, les biceps et triceps étaient visibles à travers ses vêtements, il avait plusieurs cicatrices sur le corps, à cause de son passé d'esclave. Des coups de fouet et quelques brûlures qui avaient été faits par son maître, mais il avait aussi quelques grains de beauté sur le corps. Le plus visible s'était celui juste en dessous de l'œil droit, voilà à part sa rien de plus, si sinon il avait un numéro "124" fait au fer rouge par son maître sur le torse.


Histoire
Chapitre 1 : La vie de tous les jours.

Azaria était dans l'arrière-boutique, il avait étudié les Dial depuis son enfance. C'était sa passion depuis toujours, il avait déjà réussi à comprendre quelques trucs qui rendent les Dials aussi exceptionnels. Certain disait qu'il avait un certain talent pour les bricoler, il était tranquillement en train de bidouiller un Dial, quand son père l'avait appelé.

- Azaria !


- Oui papa.


- Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler papa au boulot, puis je ne t'avais pas dit aussi que tu devais décharger les caisses de fruits !?


Tout gênait, Azaria mis sa main derrière ça tète et rigola.

- Pahaha, j'avais oublié ! Bon j'y vais tout de suite, avant que tu me fasses une crise devant les clients.


Son père lui lança une claquette dans la tête pour qu'il se bouge, Azaria disait au revoir aux clients. Il allait au port d'Angel Island, il marcha dans les rues d'Angel Street. Sur le chemin il croisait plusieurs amis à lui, il rigola avec eux sur des plaisanteries sans queue ni tête, il regarda sa montre puis il disait au revoir à ses amis, il était déjà très en retard pour la cargaison de fruit. Il avait couru vite au port, arrivé à destination, il était épuisé et soufflait comme un bœuf. Les gars du ravitaillement se moquaient de lui, il lui disait " Petite nature, tu vas t'en remettre ?" Azaria avait repris son souffle, il était devenu sérieux. Il demanda au livreur ou se trouvait la caisse de fruits qu'ils devaient normalement livrer au magasin, les livreurs avaient un sourire malsain, tout d'un coup ils avaient sorti des caisses énormes qu'ils tenaient à bout de bras. Azaria qui été épais comme une paille, allait avoir du mal à transporter les deux caisses à lui tout seul. Il demanda de l'aide aux livreurs, ils avaient constaté qu'Azaria n'était pas une flèche, ils proposaient à Azaria un marché. Contre 10.000 Extol, ils voulaient bien rendre ce service au gamin. Notre jeune garçon, n'avait pas le choix. Il avait sorti son argent de poche, mais il n'avait que 6.000 Extol sur lui. Les livreurs avaient quand même accepté de rendre ce service à Azaria, en contrepartie le gamin devait à son tour aider les livreurs ce soir a déchargé leurs cargaisons. Azaria n'avait pas eu le choix, il avait accepté la condition. Du coup les livreurs traversaient la ville avec les caisses en mains, Azaria était à côté d'eux tout fier. Il avait nargué les deux hommes qui étaient en sueur, ils ne pouvaient rien faire avec les mains occupées. Ils étaient arrivés devant la boutique du père d'Aza, ils laissaient le gamin terminé le travail, ils lui avaient rappelé que ce soir, il devait les aider à son tour.


- Tu as compris gamin, a dix-neuf heures, tu dois être au port.


Azaria était en train de soulever une caisse.

- Bie... Bien sûr, compté sur moi.


Les deux étaient repartis en rigolant, le père d'Azaria qui avait assisté à la scène. Il aida son fils a porté les caisses, après les caisses rangeaient. Ils eurent une discussion entre père et fils, le magasin était fermé depuis une heure. Ils étaient tranquillement dans la boutique autour d'une table, le père d'Azaria pris la parole, il affichait un air sérieux.

- Mon fils, écoute-moi. Tu es un garçon plein de bonne volonté, tu n'es pas paresseux, tu te débrouilles pas mal, pour tout ce qui touche au dial. Mais ce que je veux te faire comprendre, c'est qu'à force d'être trop généreux envers les autres, certains en profiterons au maximum de ta gentillesse, comme les deux abrutis de toute à l'heure.

- Mais père, j'aime bien rendre service aux gens, voir leur visage combler me suffit pour illuminer ma journée. Oups, il est déjà dix-neuf heures piles, je dois y aller papa. À plus !


Azaria fit un bisou à son père est parti de la boutique à toute vitesse, son père avait bien essayé de le retenir.

- Mais... Attends !


Azaria courus vite au port, il sautilla sur le chemin. La rue était déserte, il n'y avait pas âmes qui vivent. Azaria n'était pas rassuré, il se dépêchait de rejoindre le port au plus vite. Arrivé au port, il ne trouvait personne, il avait attendu quelques minutes, mais toujours rien. Il regarda sa montre, elle affichait dix-neuf heures trente, bon bah le gamin décida de rentrer. Mais une lumière au loin s'approcher de plus en plus de lui, au début il croyait que ce n'était que le reflet de la lune. Mais non, la lumière se rapprocher de plus en plus, elle avait fini par éblouir le jeune Azaria.

- Excusez-moi jeune homme, je suis une femme âgé qui s'est perdu sur cette mer.


- Oh ! Bien sûr, je vais vous indiquer le poste de la milice la plus proche.


Azaria tourna la tête et regarda vers le poste de la milice urbaine, mais il avait fait une grave erreur. Aussitôt qu'il ouvrit la bouche, des hommes étaient sortis du bateau de la dame. Ils avaient capturé Azaria avec un sac à patates, ils l'avaient assommé avec un coup de matraque sur la tête. Les hommes étaient en réalité des marchands d'esclaves, ils étaient venus sur l'île céleste pour capturer des espèces rares. Ils avaient échoué durant tout leur périple, jusqu'à ce qu'il tombe sur Azaria. Alors, que notre pauvre Azaria était embarqué pour la mer bleue, les livreurs quant à eux, venaient d'arriver au port. Ils cherchaient Azaria, sans succès, pourquoi ils étaient en retard ? Bah ils s'étaient arrêtés au bistro du coin. Du coup ils n'avaient pas vu le temps passé, faut dire qu'Azaria n'avait pas eu de chance, si les livreurs n'avaient pas pris la peine de s'arrêter au bistro, cela aurait été eux qui serait maintenant en route pour la mer bleue. Du coup notre équipage de marchand d'esclaves avait déjà passé la frontière de l'île céleste, en ballon poulpe ils étaient redescendus du ciel. Pauvre Azaria, quelle aventure il allait vivre ?

Chapitre 2 : La mer bleue

- Où suis-je ? Où est mon père ?


- La ferme !


Azaria était dans une pièce avec deux gardes devant l'entrée, il était attaché avec des menottes et il avait un sac à patates sur la tête. Il ne comprenait pas ce qui s'était passé, il avait le souvenir d'avoir attendu les livreurs et vouloir venir en aide à une dame. Il avait peur, il était terrifié. Il hurla de peur, ses geôliers le frappaient jusqu'au sang. Ils ne lui avaient pas donné à manger, exprès pour l'affaiblir. Parfois ils lui donnaient un verre d'eau en lui retirant son sac a patate, ils le faisaient boire. Mais aussitôt, ils lui avaient remis le sac sur la tête. Pendant quelques jours, Azaria n'avait pas cessé de pleurer et de hurler, chaque jour, il se prenait une rouste par les gardes, il n'avait jamais perdu espoir. Il savait très bien que c'était la triste réalité, il était détenu en otage par des ravisseurs. Il essaya de négocier avec les gardes, il pensait être toujours sur l'île céleste.

- Messieurs, je suis persuadé que nous allons trouver un terrain d'entente, mon père va payer le prix que vous voulez, mais s'il vous plaît détacher moi.


- Hé ! Tu vas te taire, on essaye de dormir !


Azaria était complètement perdu, il pensait à sa famille et ses amis. Allait-il un jour les revoir, l'a pensé de mourir lui avait aussi traversé l'esprit. Après une semaine de captivité, la porte était ouverte. Les gardes avaient sorti le jeune ange de sa cellule, ils conduisaient Azaria avec plein d'autres esclaves à l'extérieur du navire. Une vente aux enchères allait avoir lieu, dans une île de riche de Grande Line. En place publique, sur un échafaud. Les organisateurs avaient placé les esclaves en ligne, pour la première fois, le sac à patates d'Azaria avait été retiré. Il constatait qu'il n'était plus dans les îles célestes, il ignorait où il se trouvait, il avait vu la mer bleue au loin pour la première fois de toute sa vie. Lui qui n'était qu'un simple ange avec un travail de caissier à la boutique de son père, il était dans la mer bleue entourée par des riches et des nobles qui en voulaient à son patrimoine. Tous les esclaves avaient été présentés et vendu, le tour de notre ange était arrivé, s'était lui le produit phare de la vente. Il y avait plusieurs membres de la noblesse dans la place publique, ils avaient des numéros pour acheter les lots.

- Messieurs et mesdames ! J'ai l'honneur de vous présenter sous vos yeux ébahis, un véritable ange venu tout droit des iles célestes.


- Un ange !?


- Un vrai, ce n'est pas possible !


- Ah ! J'ai claqué tout mon fric dans les lots précédant !


- Haha ! Je vous l'avait dit, il fallait attendre patiemment, les meilleurs lots sont toujours en dernier.


Azaria était apeuré de voir un tel niveau de cruauté de la part d'être humain, il regarda les hommes qui voulaient l'acheter.

- J'en propose 500.000 Berry !


- Moi, j'ai 1.000.000 Berry !


Les enchères avaient augmenté, les prix étaient affolants.

- 15.000.000 !


- 50.000.000 Berry !


Mais malgré les prix exorbitants des nobles et des riches, un seul homme mit fin à ce débordement.

- 100.000.000 de Berry !


- 100 ! Une fois ! 100 ! Deux fois ! 100 ! Trois fois, adjugées au numéro 12.


Azaria avait perdu connaissance, il avait été acheté par un homme. Désormais il n'était plus libre, il appartenait à une personne. Au début il n'avait pas compris, il ne savait pas faire la différence entre le maître et l'esclave. L'homme avait conduit Azaria chez lui après avoir payé le marchand, il avait acheté d'autres lots, ils avaient tous était marqué au fer rouge. Ils n'avaient plus de noms ni de prénoms, ils étaient désormais un numéro, celui de leur arrivée. Le 124 pour Azaria, leur maître leur avait mis un collier explosif autour de leur cou. Azaria ne comprenait pas ce qu'il faisait ici, il demanda à son maître que c'était sûrement une erreur. Son maître lui mit une tarte et les gardes l'avaient enfermé en guise de punition dans la cave. Après son séjour dans la cave Azaria commençait à travailler, grâce à l'aide de quelques esclaves il avait vite compris la situation. Il devait s'enfuir au plus vite, il faisait le ménage dans le manoir de son maître. La famille du maître étaient eux aussi des vrais salauds, Azaria était leur souffre-douleur. Ils le battaient pour un rien, son maître lui avait donné une promotion. Azaria lui servait de monture, il marcha dans les rues de la ville de Noctys, une ville très riche sur Grande Line.

Plein d'esclave traînaient avec leurs maîtres dans les rues de la ville, Azaria était humilié, frappé et même parfois torturé par la fillette du maître juste pour le plaisir d'entendre sa voix. Parfois, il y avait des réceptions en l'honneur de certains privilégiés de Noctys, dans le manoir du maître. Azaria était au centre de l'amusement, les gamins s'amuser à lui faire du mal devant les parents qui prenaient un malin plaisir à regarder. Les autres esclaves ne pouvaient rien faire, au contraire ils étaient du même côté de leur maître, ils faisaient tout pour ce faire bien voir par ce dernier. Ils faisaient aussi du mal à Azaria, parfois, ils étaient jaloux de voir qu'Azaria était la monture du maître. L'ange avait en lui une haine débordante, mais il savait que s'il se rebellait, son collier allait exploser. Le maître avait mis ses lots en garde contre toute rébellion au premier jour, évidemment certain avaient essayé de s'enfuir, mais ils n'étaient pas assez intelligents pour savoir qu'il ne fallait pas toucher à ses colliers ou même prendre la fuite, aujourd'hui ils sont mort. Azaria avait gardé quand même espoir en l'humanité, une petite fille un jour lui avait donné une fleur, il avait sourie pour la première fois depuis des mois.

Chapitre 3 : Le gouvernement

- Bouge de là ! Imbécile !


La fillette avait mis un coup de pied dans le ventre d'Azaria qui attendait son maitre a genou, cela faisait déjà quatre mois que notre ange avait étés vendu. Il était martyrisé par ses maîtres et par les autres esclaves jaloux, Azaria n'avait aucun ami, mais il n'était pas lâche au point de se donner la mort. Il savait qu'une bonne chose allait arriver, pour lui s'était obligé qu'une chose allait renverser la situation. Sinon la vie ne vaudrait pas le coup d'être vécu, le maître d'Azaria avait des relations avec le gouvernement mondial. Un jour pendant une réunion secrète de quelques agents du gouvernement, dans le manoir du maître. Une chose extraordinaire s'était produite, un homme avec un masque de tigre qui faisait trois mètres de haut, avait remarqué Azaria couvert de blessure avec un collier. Le maître, faisait ses réunions dans son propre manoir, car il devait de l'argent à ses agents qu'il avait invités. Elric le type au masque avait jeté un regard sur Azaria, demanda au maître du manoir, de bien vouloir lui rendre un petit service.

- Monsieur Elirc ! Je veux bien faire ce que vous voulez !


Elric pointa Azaria du doigt, tous les autres agents regardaient dans sa direction.

-Roar ! Tu vois ce gamin, je le veux, si tu me le donnes, j'efface 50 % de ta dette envers moi. Roar !


- Mais...


Un autre agent soutenait Elric dans son projet.

- Si tu refuses de rendre service à notre cher camarade, c'est comme si tu disais "non" au gouvernement, oserais-tu te mettre à dos le monde entier ?


Il serait les poings si fort que le sang coulait de ses paumes, il demanda à ses gardes de retirer le collier d'Azaria tout de suite. Ils retiraient le collier, il était de nouveau libre, son ancien maître, remit un certificat en main propre qui signifiait qu'Azaria était un homme libre. L'ange reparti quelques minutes après la fin de la réunion avec Elric, sur le chemin Elric avait acheté à Azaria des vêtements au marché, il ne disait rien. Une fois sur le navire d'Elric, Azaria remercia son sauveur et lui demanda pourquoi il l'avait sauvé.

- Roar ! Je ne sais pas vraiment moi-même, en fait je pense que je l'ai fait pour embêter cet imbécile d'hôte qui se croyait supérieur à toi. Puis je n'avais jamais vu une personne comme toi auparavant. Roar !


Azaria s'était mis à pleurer de joie, son but était simple retourner parmi les siens. Mais il devait affronter de nombreuses épreuves avant de pouvoir revenir chez lui, Elric avait fait la route avec lui jusqu'à Est Blue. Pendant six mois, les deux compares avait été si proche qu'Elric était devenu le premier ami d'Azaria.

Durant quelques mois pendant l'a traversé de Grande Line, Elric et Azaria étaient devenus de bon copain. Elric avait des relations au gouvernement, il avait contacté ses supérieures durant le voyage pour proposer une nouvelle recrue au service du gouvernement. Elric avait conduit Aza, sur une île du gouvernement où il allait devoir passer des tests. Azaria qui était encore sous le choc, avait accepté de venir avec Elric.
Base secrète du gouvernement :

- Monsieur, installez-vous.

- D'accord.

Azaria avait été mis à l'épreuve, par des tests psychologiques et des tests physiques. Azaria avait répondu à chaque question du psychologue, ce dernier avait vu ses capacités physiques hors du commun. Après un entretien qui avait semblé durée des heures, Elric avait annoncé qu'Azaria faisait désormais partie du gouvernement. Mais il y avait toujours un problème, Azaria ne savait pas se battre. Alors, pendant quelque temps, il avait suivi un entraînement avec un maître spécialiste en arme blanche. Il s'était amélioré à une vitesse fulgurante, il avait même fini par dépasser son maître. Mais un jour, il avait appris une terrible nouvelle. Azaria était resté sur l'île où il avait été recruté, mais Elric lui avait rejoint East Blue où il avait trouvé la mort. Azaria pleura toutes les larmes de son corps, il avait juré de libérer les esclaves dans ce monde et de purifier ce monde. Il devait bien ça à son ami, il ne pouvait pas rentrer chez lui pour le moment.

Quelques mois plus tard :

Azaria avait rendu une petite visite à son ancien maître, en pleine nuit. Il avait foutu le feu au manoir, la famille avait pris la fuite. Azaria qui avait appris des techniques du Rokushiki, avait réussi à s'introduire dans le manoir. Il avait trouvé les clés des colliers, chaque esclave étaient désormais libre de partir ou de mourir. Certains esclaves avaient perdu la vie durant l'incendie et d'autres avaient réussi à s'enfuir, mais ils étaient considérés comme des fugitifs. Le gouvernement avait fermé les yeux trop longtemps sur le trafic d'esclaves, il fallait qu'un homme réagisse. Personne ne savait qui était à l'origine de cet incendie. L'ange ne faisait que commencer, son but était de purifier ce monde sans faire couler le sang. De son côté le coach du défunt Elric, chercher un nouveau poulain, les temps étaient durs pour tout le monde. Azaria connaissait le coach d'Elric cité par ce dernier à de nombreuses reprises durant leur aventure, Azaria s'était mis en tète de le retrouver.



©️ Halloween





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Dim 19 Nov - 19:49
Bienvenue premier membre, je m'occuperais de ta fiche demain sans faute si j'ai le temps !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 05/06/2017
Dim 19 Nov - 20:14
Oyo dial-kun, je viens m'occuper de ta prez


longueur: 200/250

bon... Avec ton caractère et physique ça présageait rien de bon puisque la longueur est pour moi le nombre de mots totales /20 mais tu m'as agréablement surpris avec une histoire de 3 000 mots qui a monté ta note jusque là, félicitation :/

qualité: 150/250

Encore une belle surprise, je n'ai remarqué que très peu de fautes mais malheureusement la ponctuation n'est pas ton ami.

Appréciation: 350/500

originalité: 50/100

bon, ce point c'est tout ou rien mais le coup de prisonnier c'est du déjà-vu un peu partout je pense et ton caractère est au moins dans le top 3 des caractères shonenesque de héros

cohérence: 50/100

bon le plus flagrant exemple c'est qu'il dit "aimer aider les gens" tout en les narguant mais la liste est existante... autre exemple tu appelles le paternelle "père" de la bouche de l'enfant mais il le tutoit.

appréciation personnelle: 150/200

Bon, en un point on pourrais dire ça: Au fond, j'ai bien aimé ton histoire, on s'attache au caractère naïf de ton personnage, il évolue et s'adapte au fur et à mesure mais garde toujours cette petite touche à la fois naïve et sociable. Le point qui blesse c'est le changement brute de point de vue de vue à la mort d'Elric, en général ça se passe en 5 étapes, je te passe le texte de wikipédia pour te montrer:

Choc, déni : cette courte phase du deuil survient lorsqu'on apprend la perte. La personne refuse d'y croire. C'est une période plus ou moins intense où les émotions semblent pratiquement absentes. La personne affectée peut s'évanouir et peut même vomir sans en être consciente. C'est en quittant ce court stade du deuil que la réalité de la perte s'installe.

Colère : phase caractérisée par un sentiment de colère face à la perte. La culpabilité peut s'installer dans certains cas. Période de questionnements.
Marchandage : phase faite de négociations, chantages…

Dépression : phase plus ou moins longue du processus de deuil qui est caractérisée par une grande tristesse, des remises en question, de la détresse. Les endeuillés dans cette phase ont parfois l'impression qu'ils ne termineront jamais leur deuil car ils ont vécu une grande gamme d'émotions et la tristesse est grande.

Acceptation : Dernière étape du deuil où l'endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. L'endeuillé peut encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. Il a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte.

Immersion: 100/100

tout a été dit précedemment...








Je t'attribue donc 700 NP, tu attendras Arato Mitsugaya pour qu'il te donne sa propre note et, en faisant la moyenne tu auras ton résultat!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 19/11/2017
Lun 20 Nov - 9:13
Correction de présentation

longueur: 200/250

Ouais, une histoire assez longue sans répétition, tu as fait fort sur ce coup.

______________________________________________

qualité: 150/250

J'ai vu quelques fautes, mais elle ne gêne pas la relecture. Pense comme même à te relire avant de poster, ça améliorera tes notations et ton niveau rp.

_______________________________________________


Appréciation: 400/500

_______________________________________________


originalité: 50/100

Par contre il a raison, tu as fait un perso pas très originial, un monsieur espoir qui croit au bien dans le monde entier. Essaye de rajouter des changements qui le rends plus intéressant
________________________________________________


cohérence: 50/100

Les mêmes exemples qu'à cité Sato.
_________________________________________________


appréciation personnelle: 150/200

Très bonne histoire, j'ai bien aimé le contexte bien que tout cela reste assez banal, je pense que tu aurais pu essayer de rajouter quelques détails sur la mort d'Elric ou sur de nombreuses choses. Malgré ça ton personnage reste assez intéressant avec des possibilités d'évolution. Bon rp.

Immersion: 100/100

Note finale : 750 dorikis !

ps : désolé d'avoir fait court mais Sato a tout dit dans sa notation.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 05/06/2017
Lun 20 Nov - 19:50
Note finale: 725 doriki, à toi d'aller faire ta fiche technique maintenant! (ne prend pas en compte la notion de pouvoir qui est pour l'instant gardé de côté MAIS n'oublie pas ta capacité)
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Re: one piece :: The Beginning :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: